Implacable, Évreux continue sa marche en avant. Hier, sur le pré lillebonnais, les hommes de Dramane Dillain ont remporté leur douzième succès de la saison en l’espace de dix-huit journées. Pourtant malgré ce rythme infernal, l’EFC dégage moins de certitudes depuis quelques semaines. Comme à Gasny et à Fauville, les Ébroïciens se sont imposés une fois encore sur le score de 3 buts à 2. Toutefois, le scénario a été bien différent cette fois-ci car à vingt minutes du coup de sifflet final, c’est avec trois buts d’avance que s’avançait Evreux.

Un avantage dû à un homme : Boketsu, auteur d’une prestation majuscule hier à Bigot. Constamment en mouvement, l’ailier a été de très loin l’élément le plus dangereux côté eurois. Sa célérité a notamment été mise en avant par ses coéquipiers qui n’ont cessé de le lancer en profondeur. C’est ainsi qu’il se procure sa première occasion. Lancé par Akdim, il entrait dans la surface mais voyait sa frappe être repoussée par un Ladiray solide sur ses appuis (28e). Quelques minutes plus tard, l’Ébroïcien faisait jouer sa malice en envoyant son corner directement dans le but lillebonnais (0-1, 36e), permettant ainsi à son équipe de mener à la pause.

Au retour des vestiaires, Boketsu poursuivait son travail de sape. Au terme d’un contre éclair mené par Gomis et Akdim, sa frappe croisée trouvait le poteau (49e). En revanche, profitant d’une relance totalement manquée de Ladiray, il trouvait facilement le chemin des filets, doublant ainsi la mise (0-2, 53e). Le coup du chapeau vint ensuite sur un petit bijou. Sur une longue transversale de Sow, il contrôlait avant d’envoyer une reprise de volée du gauche dans le petit filet opposé (0-3, 69e).

Lillebonne a refait surface

La messe semblait dite. Mais Lillebonne, qui n’avait été dangereux que par l’intermédiaire d’un lob astucieux de Poulingue (31e), n’explosait pas en vol. Le même Poulingue s’essayait également au corner rentrant, une tentative claquée in extremis par Booto (78e). Et sur le coup de pied de coin qui suivit, L’Héricel réduisait la marque (1-3, 79e). Dès lors, les locaux se mirent à pousser. Avec succès puisque Thioubou reprenait victorieusement un coup franc de Guerrier (2-3, 86e). Mais malgré les dernières tentatives lointaines de Wade (87e) et de Poulingue (90e+2), Lillebonne s’inclinait pour le plus grand soulagement de Dramane Dillain. « Maintenant on va avoir quinze jours sans pression avec une rencontre de Coupe de Normandie dimanche,explique le coach eurois. Là, on ne va pas se prendre la tête car je ressens de la tension chez les joueurs. On ne va pas se plaindre car on est premiers, mais sur des moments clés du match, on a tendance à ripper un peu. Ce n’est pas simple, on doit rester concentrés. C’est compliqué de se dire qu’il faut toujours gagner, qu’on n’a pas le choix. On n’est pas le FCR, on n’a pas les mêmes moyens. Mais à l’arrivée, on prend les points, il faut continuer. »

Source : Paris Normandie

ce site a été créé sur www.quomodo.com