Evreux se déplaçait hier à Oissel, un adversaire difficile à manier et toujours à la recherche de quelques points pour assurer son maintien dans l’élite régionale.

Le début de rencontre est calme avec une équipe ébroïcienne qui ne prend pas de risque tout en essayant de faire le jeu. C’est donc logiquement qu’elle se procure la première occasion. Sur une perte de balle d’Abderhamane Dia, Abdelatif Akdim récupère un bon ballon aux abords de la surface, il décale Neto Mateus. Le centre en retrait du numéro 9 est bon mais la frappe d’Elton Boketsu passe au-dessus (7e).

Ce bon début de rencontre des hommes de Dramane Dillain ne donne pas de suite. Ce sont mêmes les Osseliens qui vont se procurer quelques occasions mais la reprise d’Omar Coulibaly (21e) ou la frappe de Charaf Aït Saïd (26e) ne sont pas cadrés. En difficulté face à la rigueur tactique des hôtes, Evreux s’en remet à la vitesse de ses attaquants et notamment de Boketsu. Sur une belle ouverture d’Ibrahime Boucetta, l’explosif ailier eurois prend toute la défense osselienne de vitesse et se fait déséquilibrer volontairement par Thierry Emmanuel. Le banc ébroïcien croit au penalty mais l’arbitre assistant signale que la faute a eu lieu en dehors de la surface. Finalement le coup franc ne donne rien (42e).

Boketsu délivre Evreux

Le début de seconde période ne donne pas grand-chose et il faut attendre une bonne dizaine de minutes pour voir la situation se décanter. Sur un coup franc rapidement joué par Alexandre Raulin, Elton Boketsu se retrouve seul face Mohammed Diakhaby. Le face-à-face est remporté par l’attaquant ébroïcien avec un plat du pied assuré sur la droite du portier osselien (0-1, 58e). Une ouverture du score synonyme de délivrance pour tout le clan ébroïcien. « Le match se joue sur un détail, on joue vite un coup de pied arrêté et on arrive à ouvrir le score. On ne subissait pas mais c’était dur », analyse le technicien eurois.

La dernière demi-heure est particulière avec Evreux qui multiplie les fautes et concède donc des coups francs dangereux (70e, 74e) mais parvient tout de même à obtenir des actions en contre (63e, 68e, 90e+1). Toutefois, le score en reste là et Evreux s’impose (1-0) malgré la tension des Ebroïciens, comme l’explique Dramane Dillain : « On est fatigué après chaque rencontre parce qu’il y a beaucoup de tension, ça ne se joue à rien et derrière ça gagne tout le temps. » En effet, Pacy a une nouvelle fois gagné (2-0) à Déville-Maromme. Une course à deux qui s’ânonne intense jusqu’à la dernière journée !

ce site a été créé sur www.quomodo.com